Sainte-Barbe 2015

Sainte-Barbe 2015

Général (2s) Jean-Pierre Meyer
20 novembre 2015
Sainte-Barbe 2015 - FNA

Artilleurs mes chers frères,

A l’occasion du dernier Conseil d’Administration de la Fédération Nationale de l’Artillerie nous avons constaté que les effectifs des associations rattachées à la Fédération, stables depuis plusieurs années, avaient tendance à diminuer maintenant.

Plusieurs explications sont données à ce phénomène :

La première relève de la fin du service national. En effet les officiers de réserve notamment, outre le prolongement de leur volontariat dans les activités de réserve, adhéraient bien souvent à l’amicale du régiment dans lequel ils avaient servi. Même si la réserve opérationnelle, qui a remplacé les anciennes activités de réserve demeure, le recrutement est beaucoup moins important et les effectifs s’en ressentent.

La deuxième concerne l’active qui pourrait adhérer à l’amicale régimentaire de l’unité dans laquelle les officiers, sous-officiers et militaires du rang servent. Cette attitude permettrait de conserver un lien étroit entre ceux qui servent et ceux qui s’intéressent toujours à la vie de l’unité dans laquelle ils ont servi.

La troisième relève d’une approche parfois fermée du recrutement de nos membres. Certes, l’Artillerie est notre lien à la fois par son histoire et aussi par notre besoin de la valoriser ainsi que les artilleurs qui la servent ou l’ont servie. Cette politique ne doit pas cependant être réductrice mais nous permettre de nous ouvrir aux amis de l’Artillerie et par extension de l’Armée qui sont passionnés d’histoire ou de la chose militaire et qui n’ont pas forcément manié le canon.

Nous pouvons donc porter notre attention vers la réserve citoyenne qui comporte des personnes de qualité, volontaires, désireuses de participer à l’esprit de défense. Aussi vers ceux, notamment les jeunes, qui n’ont pas accomplis de service national pour les raisons que nous connaissons et qui s’intéressent à notre armée, à l’artillerie en particulier, à son organisation, à son emploi et aux systèmes d’arme en préparation chez nos industriels. Toutes ces personnes peuvent être accueillies dans nos associations comme des amis de l’Arme au grand bénéfice, j’en suis sûr, de nos adhérents et de notre vocation.

Enfin, dans cette période de fin d’année, je voudrais souhaiter à tous une excellente Sainte Barbe. Cette fête est l’occasion de nous rassembler et de nous rencontrer pour échanger des souvenirs mais aussi pour évoquer l’avenir de notre Arme qui n’est pas des plus brillants si on observe les dernières mesures de restructuration.

Soyons donc nombreux à nous réunir autour de notre sainte patronne dans une fraternité active afin que notre volonté de valorisation de notre Arme ne soit pas un vain mot.

Et par Sainte Barbe….vive la bombarde !

Général Jean Pierre Meyer

Président de la Fédération Nationale de l’Artillerie

---

Ingénieur Général de l’Armement Jacques GUELY (à gauche sur la photo ci-dessus)

L’Ingénieur Général de l’Armement Jacques GUELY, polytechnicien (promotion 1957) , sert en Algérie au 39e RA.

Il est affecté à l'ABS de Bourges de 1962 à 1973 au service des études et développements d'artillerie ; il y initie et conduit le développement de l'automoteur de 155 à grande cadence de tir (qui deviendra le 155 AuF1) et de ses munitions.

A partir de 1973 il est affecté à l'administration centrale de la Direction des Armements Terrestres, à Saint-Cloud ; là , au bureau "artillerie" , puis comme chef du service "Armes et Systèmes d'Armes" , il dirige en particulier les programmes 155AuF1 , 155TrF1 , et est le principal artisan français du programme international MLRS , LRM pour la France.

Il termine sa carrière en 1999 comme Inspecteur des Armements Terrestres. Pendant une vingtaine d'années, il enseigne à l'EMSST les techniques armurières et munitionnaires.

 

Ingénieur Général de l’Armement Pierre-André MOREAU (au centre sur la photo ci-dessus)

L’ingénieur Général de l’Armement Pierre-André MOREAU, polytechnicien (promotion 68) , sert au 8ème RPIMa .

Affecté à l'Etablissement d'Etudes et de Fabrications de Bourges de 1873 à 1984, il y développe les munitions-flèches des chars français (prix Chanson 1980) et simultanément initie le développement du canon 155 TrF1. Puis , affecté de 1984 à 1996 au bureau "artillerie" de l'Administration centrale de la Direction des Armements Terrestres , il dirige les programmes 155 AuF1 , 155 TrF1 et LRM .

En 1996, il est détaché "de mission" au sein de la société GIAT Industries pour y restructurer les domaines des armes et des munitions. Il y développe le canon automoteur CAESAR avec, en particulier, sa culasse à vis automatisée, et y produit l'obus antichar BONUS.

Pendant une vingtaine d'années, il enseigne les techniques armurières et munitionnaires, notamment à l'EMSST et à Saint Cyr COÊTQUIDAN.

< Toutes les publications