La Fédération Nationale de l’Artillerie en visite au 61e RA à Chaumont

La Fédération Nationale de l’Artillerie en visite au 61e RA à Chaumont

Chef d'escadron (H) Bernard Wenden
4 octobre 2013
La Fédération Nationale de l’Artillerie en visite au 61e RA à Chaumont - FNA

Chez « Les diables noirs »

Le 61e régiment d’artillerie a accueilli la FNA pour sa traditionnelle visite en régiment, le 23 mai 2013.

Le 61e RA commandé par le colonel Randreau est le régiment de renseignement d’origine image de l’armée de Terre. Pour remplir sa mission, il met en œuvre des drones. Il est équipé de moyens de réception d’images de satellite. Il est subordonné à la brigade de renseignement.
Il est basé à 12 km de Chaumont sur une ancienne base de l’armée américaine.
C’est le LCL Koscielny qui nous accueille le matin, en délégation du colonel Randreau, retenu en réunion chez son général. Le colonel Randreau nous rejoint l’après-midi.
D’emblée, le président de la FNA rappelle que l’artillerie ce n’est pas seulement le canon, c’est aussi l’artillerie Sol-Air et c’est également l’arme du renseignement au profit des forces. C’est enfin la coordination dans la 3e dimension.
Le renseignement est d’une importance incontestable : c’est lui qui apporte au chef la sécurité dans ses prises de position.

Le chef d’escadron Horta indique que le 61 est en train de vivre une époque charnière puisque le drone SDTI va bientôt être retiré du service. Il a montré toute sa valeur pendant la durée de l’engagement français en Afghanistan.
Le régiment comprend 770 personnels.

Ses missions :

  • appréciation de la situation ;
  • utilisation de capteurs spécialisés de renseignement ;
  • appui à l’engagement des forces aéroterrestres ;
  • acquisition d’objectifs.

Le régiment se compose de 4 batteries de drones, 1 batterie de traitement et de diffusion du renseignement, 1 batterie de maintenance et 1 batterie de commandement et de logistique, plus la batterie de réserve.

2 types de drones :

  • le SDTI. C’est un petit avion. Masse : 330 kg, autonomie : 5 heures. Sa mise en œuvre est très simple : pas besoin de piste (catapulte) ;
  • le DRAC, complémentaire du SDTI, beaucoup plus léger, transportable à dos d’homme en deux fardeaux de 10 à 12 kg. Autonomie : 1 heure. Portée : 10 km – Évolue à une altitude de 200 mètres – Peut acquérir des images soit dans le visible, soit en IR – Propulsion électrique. En résumé, le DRAC, c’est en quelque sorte une paire de jumelles « déportées ».

Le régiment dispose de moyens d’acquisition et de traitement d’images depuis les satellites Helios.

Les engagements extérieurs du régiment :
Il revient d’Afghanistan où il a été déployé sur la FOB Tora (vallées de la Surobi et de la Kapisa) 76 % des missions consistaient en l’appui direct des forces, c’est-à-dire en exploitation immédiate des données (capacité donnée au chef à récupérer directement l’image sur le terrain) et 22 % en missions de renseignement. Il s’est montré précieux dans l’appui qu’il a fourni à l’ALAT, à l’artillerie et plus généralement dans le renseignement (multi capteurs).

L’avenir : un débat est en cours pour décider le successeur du SDTI. Parmi les challengers, le « Watchkeeper », très grande autonomie (16 heures) mais plus lourd, donc nécessitant une piste pour décoller.

Visite de la salle d’honneur. Ce fut durant la bataille de Pierrepont le 22 août 1914 que, du fait de leur uniforme noir et aussi parce qu’en fin de combat ils étaient couverts de poudre jusqu’au visage, les soldats du régiment gagnèrent leur surnom de diables noirs.
Prestigieux régiment avec 6 citations à l’ordre de l’Armée et la fourragère rouge de la Légion d’Honneur.
L’académicien et romancier Henri Troyat a servi comme brigadier en 1934.
Le député Léo Lagrange, sous-lieutenant au 61 durant la seconde guerre mondiale, a été tué au combat en 1940.

Un repas convivial nous a permis d’échanger de façon agréable entre anciens et militaires en activité.

L’après-midi, la météo détestable a fait annuler le tir prévue d’un SDTI. Dommage, mais la pluie et le grand vent soufflant en rafale ne sont pas compatibles avec le vol d’aéronefs légers !
Le matériel exposé de façon statique sur le tarmac était présenté par leurs servants qui ont pu répondre de façon précise à nos multiples questions.
Mais, la journée s’achève, il faut quitter le quartier. Discours de remerciement du général Meyer, discours d’au revoir du colonel Randreau, échange de souvenirs…
Un grand merci au 61 et à ses chefs pour l’accueil chaleureux qu’ils nous ont réservé !

CEN (H) Bernard WENDEN

Promenade touristique à l’occasion de la visite au 61eRA

Il avait été proposé à tous ceux qui avaient fait le déplacement pour la visite de la FNA en régiment, d’arriver une journée plus tôt afin de participer à une promenade touristique dans la région de Chaumont. Ce fut un programme à la fois dense et très intéressant.

C’est ainsi que nous avons pu visiter successivement :

  • La cristallerie Royale de Champagne à Bayel dans l’Aube. Nous avons passé du temps dans l’immense atelier où des maîtres ouvriers « cueillent des paraison » – c’est-à-dire une masse de verre pâteuse – la façonnent en soufflant dans une canne creuse, la découpent, réalisent éventuellement un ornement de gravures …
  • Le mémorial Charles de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises. Une présentation très moderne de souvenirs liés à la vie et à l’action du Général de Gaulle. Une immense croix de Lorraine, visible à des kilomètres à la ronde surmonte le site. 
  • Le château de Cirey qui fut durant quinze ans la résidence de Voltaire qui souhaitait mettre « du champ » entre Louis XV et lui. Ce fut Madame du Chatelet, une femme d’exception férue de sciences, qui l’accueillit dans son château, qui, trois siècles plus tard, est un véritable musée : un certain nombre de pièces sont meublées telles qu’elles pouvaient l’être au 18e siècle, notamment un joli petit théâtre dans les combles. Le couple de châtelains qui vit dans le château nous a accueillis avec beaucoup de gentillesse. Au décès de Madame du Chatelet, Voltaire s’exila un peu plus loin à Ferney près de Genève.

Merci à Thierry Baillon, le très actif secrétaire général de l’amicale des 61e, 6e et 7e RA qui nous a préparé cette belle journée touristique, et qui aussi, a coordonné l’organisation de la visite du 61 le lendemain

Liste des fichiers associés

partici...
gal_mey...

< Toutes les publications